La dame de Vezelise       

Couverture

20,00 euros
250 pages - 145X220 mm

isbn : 9782357630581

commander

Ferri Briquet

Maître de conférences à l’Université Lorraine est aussi directeur des Presses Universitaires de Nancy (PUN-Edulor).?Avant ce premier roman, ses précédentes publications ont concerné les domaines de la sociologie des organisations.

La Dame de Vézelise, nous fait vivre le retour de Pierre dans sa ville natale de Vézelise. Ce “baroudeur” dans l’âme, laisse derrière lui les pistes africaines pour regagner la Lorraine. Il y retrouve sa grand-mère qui lui a servi de mère et d’unique famille. à la trentaine, il est confronté aux effets de la vieillesse sur cette fière femme du Saintois dont la santé est devenue fragile. Par sa présence, Pierre rend l’attention qu’elle lui a portée durant son enfance et se trouve récompensé par les confidences de cette grand-mère espiègle qui a encore beaucoup à lui transmettre. Le retour au pays fait également resurgir le passé dans sa diversité et sous des formes inattendues. La culture du terroir se confronte alors aux réalités quotidiennes d’une jeunesse que la société n’attend pas et d’une vieillesse à qui il reste peu de temps pour passer ses derniers messages. S’y ajoute la difficulté de faire cohabiter les amours les plus récentes et les plus anciennes. Heureusement, Pierre bénéficie des appré- ciations avisées d’un ancien, surnommé “Le Papatte”, bien ancré dans les traditions et au bon mot facile. Le petit bourg devient un refuge où les échanges se font à parole mesurée. Il fournit l’occasion de s’occuper des autres, d’apprendre à vivre l’imprévu et d’accepter la réalité d’une société qui laisse plus de place aux difficultés et aux inquiétudes qu’à l’espoir. L'insouciance et la gaieté servent de tisane à ces maux et permettent à chacun de dominer le doute, de faire de leurs propres expériences la pâte d'un futur possible, sinon heureux et de penser que la vie est belle. Alors chacun fait ce qu’il peut avec ce qu’il est. Il faut bien passer les étapes qui conduisent à la fin, conçue comme une petite mort : déni, colère, marchandage, dépression, acceptation ...

2e photo